Prissé-Mâcon croit en sa bonne étoile « ES Prissé-Mâcon Basket- Site Officiel de l’Etoile Sportive Prissé Mâcon

Prissé-Mâcon croit en sa bonne étoile

photo
samedi 8 septembre 2018 | Actus , Avant-Matchs

Partager

Prissé-Mâcon qui lance sa saison de N2 ce soir par la réception d’Aix-Venelles s’est donné les moyens de bien figurer. Mais dans une poule A qui s’annonce la plus relevée du lot, les Tango n’auront qu’une marge de manœuvre limitée.

Même si elle a conservé la plupart de ses cadres (Belabre, Chevigny, Deal, NGaloro), mine de rien, c’est un nouveau cycle qu’entame l’ES Prissé-Mâcon. Si l’objectif, qui est de tutoyer le Top 5 au plus près le plus longtemps possible est clairement identifié, et reste grosso modo le même, le club tango s’est donné d’autres moyens pour l’atteindre.

Instruit par l’expérience de la saison dernière, Denis Lacroix a sciemment misé sur une rotation plus resserrée (8 joueurs) avec des rôles et une hiérarchie clairement établies pour bâtir un groupe au contact duquel viendront s’aguerrir une poignée de jeunes (Thomas Revol, Antoine Maillet, Etienne Moreau, Lucas Fotso) qui démontrent la volonté du club de travailler dans la durée.

Avec pour chefs de file Damien Belabre, l’expérimenté Philippe Haquet, transfuge du Lyon SO, et le “menhir” Rudy Deal dans la raquette, les Tango ont montré de belles choses en préparation où l’Américain Jérémi Booth a confirmé qu’il serait bien le sniper annoncé.

« On sait qu’on est un peu juste en rotations, observe Denis Lacroix qui entame sa troisième saison à l’ESPM, mais c’est un choix assumé. J’ai un groupe composé de joueurs qui sont bien dans le projet et qui prennent du plaisir à jouer ensemble. Maintenant, on sait aussi que le plaisir vient en gagnat des matchs, et c’est ce qu’on va s’efforcer de faire ».

« On est dans une poule où il y a sept grosses équipes avec deux ogres »

A commencer par ce soir face à une équipe d’Aix-Venelles qu’il faut bien se garder de juger à l’aune d’un promu qu’elle est. « C’est une équipe composée de joueurs qui se connaissent très bien et qui reste sur la dynamique du titre de championne de France de N3 décroché la saison dernière. En préparation, où ils sont invaincus, ils ont épinglé Golfe-Juan, Sapela et Avignon. Ça veut dire, poursuit Denis Lacroix, qu’ils vont débarquer chez nous en pleine confiance ».

Mais si l’ESPM veut atteindre son objectif, elle sait qu’elle n’a beaucoup de droit à l’erreur, notamment dans son célèbre “chaudron”, où elle aura pour objectif de marquer son territoire, y compris face aux grosses cylindrées de la poule. « On est dans une poule où il y a sept grosses équipes avec deux ogres (Ndlr : Pont-de-Cheruy et Golfe-Juan/Vallauris). Si on arrive à figurer dans le Top 5, résume le technicien tango, ce sera de bon augure pour ce qu’on veut faire pour l’avenir ».

P. DESBOIS